Le Burnout, ce cancer.

La rentrée est souvent synonyme de bonnes résolutions. La mienne sera d’écrire au moins un article par mois. Et vous ? Ok, j’en étais sûre, vous n’y aviez même pas pensé, pour vous c’est le 1er janvier. Ce n’est pas grave, je vous en propose une. Lire tous mes articles de manière assidue. Ok, une autre. Aller bien au travail. Waow !! Dingue non ? Moi, j’y crois.

Pour ce faire, on va conclure un deal. Je m’engage à respecter mes résolutions, et mes articles vous aideront à mieux comprendre votre bien-être au travail, donc à mieux l’envisager, donc à aller mieux au travail. CQFD votre résolution sera respectée.

Qu’en dites-vous ?

Pour commencer, je pense logique de commencer par la description du pire qui puisse arriver (parmi d’autres) pour éveiller chez vous la crainte et vous inviter à vous prendre en main. Parlons du Burnout. Ce syndrome d’épuisement professionnel est considéré comme le stade chronique du stress sauf qu’un stress est bon et naturel lorsqu’il est de courte durée. Or, le Burnout, c’est grave. Il peut déboucher sur une dépression et nécessiter des arrêts de travail allant de 1 mois à 2 ans. Je vous l’avais dit, c’est grave.

Le Burnout s’installe tel un cancer en 4 étapes et se révèle grâce à 3 symptômes.


1ère étape

Je suis préoccupé par mon travail, je ne suis pas top en ce moment. Heureusement que ma famille est là pour me changer les idées. Je parviens encore à faire la part des choses. Je lis des articles sur le Burnout et cela me fait peur mais pas au point de changer mon rapport au travail.


2ème étape

Je commence à être troublé par mon travail. Physiquement, j’ai mal au cœur, au ventre, au dos… Intellectuellement, j’ai du mal à me concentrer, des pertes de mémoires, on me dit que je ne réponds pas toujours aux questions posées… Emotionnellement, susceptible, irritable. Enfin, mon comportement commence à en être altéré, je fume plus ou bois plus, je fais des insomnies…

C’est pendant cette étape que se manifeste une fatigue intense avec pour conséquence

Le 1er symptôme du Burnout, l’épuisement émotionnel Burnout

En Bref, on se sent vidé, dormir ne nous repose pas. On supporte de plus en plus difficilement les personnes. On explose de colère, d’énervement. Seulement on est en société, donc on doit bien se comporter. On risque pour beaucoup de devenir froid et distant, au fond de nous le vide émotionnel s’installe. On devient impassible et on nie les problèmes.


3ème étape

Au départ j’étais très motivée maintenant je suis « blasée » en pire. Au point que mes proches ne Burnoutme reconnaissent pas. A la maison ça pleure, ça crie, ça désespère. La distance relationnelle s’installe entre les autres et moi. Ils ne savent pas ce que je ressens, moi-même à vrai dire je ne sais pas ce qu’il se passe vraiment. Je suis incapable de communiquer avec eux, cela me coûte trop d’effort.

On me dit de consulter, pour ma part je me sens juste hyper impliqué, donc il est normal que j’en parle toujours. Les disputes ont tendances à éclater plus souvent dans mon couple ou avec mes proches. Mes supérieurs me proposent de plus en plus de congés, ou de formations. On voit doucement apparaître

le 2ème symptôme du Burnout, La déshumanisation.

La personne fait les choses par automatisme. Elle considère les clients ou collègues comme des numéros, des moyens. Son cynisme en est frappant, elle peut être acerbe aussi. Certaines personnes adopteront plus facilement des attitudes de rejet d’un peu tout. Rejet des démonstrations d’affection, des améliorations des conditions de travail, au final rejet de l’autre et de tout ce qui en émane. Et bien sûr cela ne se limite pas au travail.

Un patient est venu me voir poussé par sa femme sans forcément comprendre même la démarche mais par soucis de lui faire plaisir. Soit ! C’est une première démarche. En réalité, il en était arrivé à un point d’épuisement qu’il frappait ses enfants. Je ne vous parle pas de la fessée sur la couche tant controversée. En fait, c’est un peu ça cette 3ème étape. On n’est pas le père que l’on voudrait être ni l’époux, ou la mère, ni l’épouse. Ce que j’écris parlera peut-être à certains pères ou mères au foyer ou non qui sont arrivés à un tel stade de fatigue qu’ils ont des horribles prises de conscience en se disant « mais quelle mère affreuse je fais ! » Voilà, on parle de cet épuisement-là associé à de la déshumanisation.

Revenons au Burnout.


4ème étape

BurnoutLe coup fatal. L’épée qui tombe. Le fil qui rompt. C’est à ce moment précis que l’on réalise, contraint, que l’on est allé trop loin. Que l’on a dépassé depuis longtemps nos limites. Pour résumer notre état à ce stade du Burnout, on est épuisé émotionnellement, on déshumanise toute relation à Autrui, et enfin on réalise un jour que l’on supporte cet état pour au final être incompétent, improductif, inutile. On réalise que l’on est brûlé de l’intérieur.

3ème symptôme du Burnout, le sentiment d’échec professionnel

Or la peur du contrôle et du licenciement ou des conséquences financières nous paralyse. Ne pas montrer mes faiblesses, tenir bon. Là notre psychisme en prend un vilain coup, notre estime de nous professionnelle baisse en flèche. Et emporte avec elle notre estime de nous personnelle.

Ça ne paraît pas à l’écrit, mais c’est psychologiquement une catastrophe. Imaginez que du Burnoutjour au lendemain vous êtes incapable de rédiger un compte-rendu, un courrier, de répondre à un mail ou passer un coup de fil professionnel. Votre cerveau s’est mis en veille prolongée. Vous êtes incapable de vous concentrer, d’assister à une réunion, de suivre une conversation. Le pire c’est lorsque vous découvrez que ça a déteint sur votre vie personnelle, vous êtes incapable de vous occuper de petite tâches administrative, de regarder vos comptes, de lire un livre… Ainsi, peu à peu on constate notre état physique et psychique. On voit les dégâts et la peur de ne pas arriver à les surmonter nous submerge.

Arrivé à ce stade, le médecin généraliste prescrit un arrêt maladie, un suivi thérapeutique se met en place et on commence alors une lente reconstruction. On dit Adieu à celui que l’on était avant et on essaie d’envisager un avenir.

Au risque d’employer un ton tragique, autant vous dire que si une personne arrivée au stade 4 ne se prend pas en main elle se condamne. Je parlais de cancer plus haut. Ca n’était pas pour rien. Un cancer bizarrement, quand on l’a on le soigne le plus vite possible. Ayez conscience chers lecteurs que le Burnout agit comme tel et vous tuera. Non pris en charge il mène à la dépression et cette dernière non traitée mène à la mort à petit feu. Sachez-le.

BurnoutDans mon dernier article sur le Burnout mon ton était léger. Je me voulais rassurante « telle une mère nourricière ». Pour cette rentrée, je serai plutôt mère louve, agressive. La rentrée des enfants c’est une nouvelle trousse, des nouveaux cahiers qui sentent bon la colle, un cartable canon. Votre rentrée sera comment ? Risquée ? Prudente ? Novatrice ? Pensez-y et ciblez vos priorités. Car pour la majorité des français, la rentrée est juste… inchangée.

 

[yop_poll id=”1″]

 

Dans cet article je me suis efforcée de décrire le Burnout vu de l’extérieur et vécu de l’intérieur. Dans les articles suivant je parlerais des différentes façons de se prémunir de ce mal. Avec notamment les facteurs de risque et les bonnes résolutions à prendre pour se prémunir de ce Burnout.

Si cet article vous a plu ou déplu, si vous souhaitez poser une question ou m’interpeller, commentez, partagez ! Merci.

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.